Dernier billet sur ce blog, 28 juillet… Plus de deux mois que ce blog est muet… Que je me sens muet… Manque d’inspiration? Non, mes 515 brouillons n’attendent que d’être complétés et chacun me donne envie de me plonger dans leur rédaction. Manque de temps? Certainement. Je suis pris par mon travail, mes recherches, ma vie de tous les jours, mes passions non-bloguesques… Mais ce n’est pas comme si j’avais du temps à perdre lorsque j’ai démarré ce blog! En plein dans ma rédaction de thèse, je passais des nuits à collecter des infos, à rédiger avec frénésie.

Non, c’est un malaise plus profond qui m’assaille ces temps-ci. Déjà il y a mon problèmes de chantiers. Trop souvent sur ce blog, je vous ai promis des articles qui ne voient finalement jamais le jour. J’entame des séries, démarre des catégories, pour finalement les laisser à l’abandon. Et peut être que je suis arrivé à un point où ce blog est trop défiguré par ces vestiges, ces architectures avortées. Chaque fois que j’approche le clavier ou même que je pense à écrire un nouvel article, une petite voix résonne dans ma tête et me rappelle les dizaines de billets à achever… C’est quand je m’aperçois que la perspective qu’écrire un billet de blog ressemble à une corvée que je me dis que cette pause est finalement salutaire.

Il y a aussi la culpabilité! Ce site a reçu un soutien immense pour permettre la création d’une fantastique bannière animée. Dans le sillage de ce soutien, j’ai senti à quel point j’étais chanceux d’être lu par tant de personnes qui n’hésitent pas, aveuglément , à m’aider à réaliser des projets complètement farfelus, et peut être qu’en réalisant cela, j’ai eu soudain le trac, la pression…

Et puis il y a l’égo, un peu malmené ces temps-ci, de voir que j’ai peut être moins ma place sur le web, que de nombreux autres font bien mieux que moi, et bien plus vite.

Alors quoi? Arrêter? Non, j’espère que ce n’est pas mon style. Ralentir? Peut être oui… Mais continuer, c’est sûr. Et c’est peut être ce billet là, doux-amer, qu’il fallait que j’écrive pour aller de l’avant. Pas funky pour sûr… mais au moins vous aurez eu votre dose de strange de la journée. Bon ben vu qu’on est dans l’ambiance glauque, j’en profite pour partager avec vous une nouvelle que j’ai écrit il y a plus de dix ans, dans un état d’esprit assez proche du mien ces temps-ci. Je me souviens qu’il m’avait fallu écrire pour exorciser un peu la mélancolie qui m’étreignait alors… La nouvelle s’appelle “Bouton Pression” (pas très gai, pas très édulcoré non plus…).

Voilà, l’exorcisme devrait avoir marché… Reprise du Strange et du Funky dans très peu de temps si tout va bien…